La douleur ne me lâche pas - Comprendre la douleur chronique pour s'en détacher

La douleur ne me lâche pas - Comprendre la douleur chronique pour s'en détacher

von: Anne Berquin, Jacques Grisart

Mardaga, 2017

ISBN: 9782804704193 , 202 Seiten

Format: ePUB

Kopierschutz: DRM

Mac OSX,Windows PC für alle DRM-fähigen eReader Apple iPad, Android Tablet PC's Apple iPod touch, iPhone und Android Smartphones

Preis: 14,99 EUR

eBook anfordern eBook anfordern

Mehr zum Inhalt

La douleur ne me lâche pas - Comprendre la douleur chronique pour s'en détacher


 

25 % de la population souffre de douleur chronique. Cet ouvrage apporte un nouvel éclairage sur la manière d'y faire face. Une personne sur quatre fait face à un moment ou l'autre dans sa vie à une douleur persistante. Le livre s'adresse aussi bien à ces personnes en souffrance qu'à leur famille et à leurs soignants. L'ouvrage est construit comme un dialogue avec le lecteur, qui prend une part active dans le traitement de sa douleur (ou celle d'un proche). Un ouvrage de référence, à la portée de tous, qui fournit des pistes concrètes pour mieux vivre avec la douleur. EXTRAIT On est généralement d'accord pour considérer que le médecin est la personne compétente pour donner les informations sur l'évolution de la maladie : ' Votre cancer est en rémission ', ' l'infection est jugulée ', etc. Mais quand c'est la douleur qui est au centre du problème, cette règle se transforme. S'entendre dire ' avec ce que montre la résonance magnétique, vous ne devriez pas avoir aussi mal ', ' l'opération est réussie ', ' tenez-vous tranquille, ne soyez pas si douillet(te) ' n'est pas facile, et ces affirmations peuvent entrer en collision frontale avec le ressenti de la personne souffrante. Ce que je ressens peut-il être accessible sans ambiguïté à autrui qui, inévitablement, se trouve à distance de mes sensations personnelles ? Mon ressenti corporel peut-il être ramené aux images de mon cerveau, de mes organes, aux impressions (ou aux certitudes) d'une autre personne ? NON. En fait, aucune machine ne permet de mesurer la douleur. Seul celui qui la vit est en position d'en mesurer l'importance. Comme l'affirme David Le Breton, un anthropologue français, ' la douleur ne se prouve pas, elle s'éprouve '. Le soignant est-il dès lors relégué dans une autre position que celle du plein détenteur du savoir ? Notre réponse est sans hésitation OUI.